Lyon - La Halle Tony Garnier

5 & 6 June 2024

A@W Newsletter

Le cœur punk d'une ‘archistar’

17 November 2022

Le MACRO de Via Nizza à Rome représente la possibilité de relier un bâtiment d'archéologie industrielle avec la ville et ses parcours multiformes et dynamiques.

 

 


Réutilisation d'un bâtiment d'archéologie industrielle par une re-fonctionnalisation et une extension © Nora Santonastaso / design outfit



2010 a été l'année de l'inauguration de deux grandes œuvres architecturales à Rome : le MAXXI de Zaha Hadid dans la Via Guido Reni, à deux pas de l'Auditorium de Piano, et le MACRO d'Odile Decq dans la Via Nizza. La modernité apparaît dans la ville éternelle à travers des bâtiments qui, au lieu de rester là, fermés dans leur coquille, s'étendent dans l'espace tout autour et s'avèrent capables de réaménager des zones inutilisées, en les convertissant en lieux de passage et de séjour.

 

Le MACRO, en particulier, est configuré comme un projet de reconnexion de l'ancienne usine Peroni avec l'espace urbain : une opportunité de récupération, d'expansion et de mise à jour du bâtiment préexistant, à travers l'insertion de volumes et de surfaces fortement reconnaissables, tant sur le plan matériel que chromatique.

 

Si vous avez eu l'occasion de visiter le Musée, se trouve encore très certainement bien imprimé dans votre mémoire le rouge plein et concret du volume de l'auditorium, accessible depuis le foyer et à l'étage supérieur, comme une sorte de terrasse donnant sur la nouvelle articulation interne de l'espace d'exposition et de ses annexes.

 

Cette jonction, fortement caractérisée, distribue d'une part les connexions avec l'ancien bâtiment qui abrite la galerie municipale d'art moderne et contemporain depuis 1999 et, d'autre part, le nouveau bâtiment conçu comme une véritable extension de l'espace d'exposition.

 

La lecture du projet d'Odile Decq est complexe et non linéaire, car l'intervention vise à relier des espaces très différents : elle sort de l'intérieur et, à travers une série de parcours diversement articulés, sort à l'air libre, dans la ville. 

 

 



Odile Decq © Columbia GSAPP / Flickr



En lisant le mot archistar, Odile Decq est le premier architecte international qui me vient à l'esprit.
La connexion immédiate et sans filtre est sans doute due à sa tenue totalement reconnaissable, que certains, au fil des ans, ont juxtaposée à des acteurs et des chanteurs de rock et de punk : Sean Penn et Robert Smith des Cure, entre autres.

 

La masse de cheveux noir corbeau d'Odile Decq, perpétuellement ébouriffée avec art, semble également inextricablement liée à une pratique architecturale qui implique le mouvement et la contamination.

 

Je sais que, lors d'une interview, à la question de savoir quel est le projet qui lui tient le plus à cœur, l'architecte française a répondu “The Next !” et ceci est sans doute l'indication d'un parcours professionnel et de recherche très précis projeté vers l'avenir et vers de nouvelles opportunités de stimulation créative. 

 

 


Accès au toit de l'auditorium du premier niveau, un point de vue pour s'arrêter et exposer. © Nora Santonastaso / design outfit

 

 

Le projet du nouveau MACRO est né d'un concours international de design lancé en 2000 par la ville de Rome.

 

L'objectif de l'administration était de redéfinir les volumes et la fonctionnalité de l'ensemble du complexe, situé sur Via Nizza (où se trouve actuellement l'entrée principale), Via Reggio Emilia (où se trouve une entrée secondaire qui traverse la cour de la galerie existante) et Via Cagliari, et comprenant un noyau déjà construit sur un projet de Gustavo Giovannoni au début du XXe siècle.

 

Odile Decq a été chargée de concevoir l'extension et la réorganisation en 2001 et le musée n'a rouvert ses portes au public que neuf ans plus tard.

 

La pierre, l'acier inoxydable, le verre, le noir et le rouge sont les principaux ingrédients de la conception, ainsi qu'une grande attention à l'articulation des chemins, qui distribuent les espaces fonctionnels sur les différents niveaux, y compris les 3 niveaux de parking souterrain et le toit-terrasse.

 

Extérieurement, vue de la ville, l'intervention de Decq peut être perçue comme un parallélépipède semi-transparent assez rigoureux, greffé sur les structures préexistantes. C'est à l'intérieur que se révèle la surprise du nouveau, conçu comme un savant jeu de facettes, d'articulations, de sauts de hauteur, de césures, de connexions.

 

La compréhension de l'ensemble, si elle est possible, n'est permise qu'au visiteur. Je vous recommande donc une visite, si vous êtes à Rome. Le musée est ouvert du mardi au vendredi de 12 à 19 heures et le week-end de 10 à 19 heures. L’entrée est gratuite.

 

 

Cet article est une traduction éditée d'un texte rédigé
par Nora Santonastaso / design outfit

 

Le cœur punk d'une ‘archistar’
Back to overview

A@W Newsletter

Stay informed by subscribing to our monthly newsletter! (newsletter in French)

>> Subscribe

Interested in visibility in our newsletter?

>> Click here!

Exclusive Sponsor

Sponsor Supporter

In collaboration with

 

 

 

 

 

Design & Plan